BEAUCOUP DE PLAISIR À PEU DE FRAIS

17 07 2010

Oublions un instant les BMW et Porsche de ce monde avec leur coût d’entretien exorbitant. Idem pour les puissantes Américaines si énergivores que votre réfrigérateur risque de ressembler à celui d’un universitaire en fin de session si vous faites l’épicerie après le plein d’essence. Les petites voitures japonaises fiables et robustes sont nombreuses, mais avec un réel comportement sportif que seules des roues arrière motrices rendent possible c’est une autre paire de manches.

Nous avons finalement jeté notre dévolu sur une Mazda MX-5 de première génération. Déjà reconnue pour son agilité de kart ainsi que pour son air féminin, nous avons tenté de mettre l’accent sur le premier aspect au détriment du second. Bien que le moteur 1,8L apparut plus tard aurait été souhaitable, l’exemplaire qui a été retenu respirait la bonne affaire. Bien qu’elle fête cette année ses 20 ans, notre Miata a une forme olympienne, du moins côté moteur, boîte de vitesses et châssis. Les freins n’auraient pas même été en état de ralentir une bicyclette, tandis que la suspension était aussi défraîchie que la peinture. La bonne nouvelle est que ces détails qui auraient de toute façon fait objet d’une révision ont eu une influence sur le prix d’acquisition.

Malgré une garde au sol semblable à celle d’une trottinette, la MX-5 était étonnamment confortable. Suffisamment en fait pour que des ressorts Apex plus rigides et plus courts de 1,5po soient retenus pour s’assurer que le roulis serait réduit au minimum. Puisque les roues dignes d’un BBQ qui faisaient ici office de jantes auraient rapidement atteint leur limite, elles ont été substituées par des Enkei de 17po et chaussées de semelles de 215mm. Disques, plaquettes de performance et étriers neufs aux 4 roues complètent la partie primordiale du projet.

Pour respecter un budget serré, l’augmentation significative de la puissance par l’ajout d’un compresseur a été rapidement rayée de la liste et on s’est contenté de faciliter l’entrée de l’air et la sortie des gaz d’échappement du petit moulin de 1,6L. À ce stade, la peinture ternie par le soleil détonnait avec les jantes et déshabiller la voiture pour la préparation donnait l’occasion d’éliminer un peu de matériel isolant superflu.

Avec un nouveau rouge étincelant, un intérieur rafraîchi et l’ajout d’une chaîne audio moderne, notre MX-5 n’était plus du tout gênante à conduire. En fait, c’est plutôt les propriétaires de BMW ou d’Audi qui devenaient aussi rouges que le roadster après s’être rendus à l’évidence qu’il était impossible de prendre les courbes aussi rapidement que notre puce de 900 kg. Si la puissance est tout de même un peu juste, le levier de vitesses est un plaisir à manier et il est possible de se sortir honorablement d’affaire en poussant dans les tours. Et pour 6000$ clés en main, il serait difficile de trouver plus beau jouet d’été.

Daniel Charette

Publicités

Actions

Information

2 responses

29 07 2010
marc andre simard

sa fesait longtemps que tu en parlait dune miata finalement tu tes decider tres jolie….. pis apelle moi quand tauras une chance chow la

6 10 2012
PROJET MIATA : ON REMET ÇA! «

[…] Ceux qui voudraient revoir le premier projet Miata, c’est par ici. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :