UN TRIP AVEC UNE ITALIENNE

7 12 2011

Collaboration spéciale de Phil Denis

Lors de mon séjour en Italie en juin dernier, je m’étais donné comme mission de vivre le trip d’une vie, conduire une Lamborghini! Dans ma tête, c’était une mission à la Ethan Hunt : une mission impossible. Du moins, elle semblait impossible jusqu’à ce que je découvre le Bull Bar!

Nous avions prévu pour le mardi midi d’aller visiter l’usine et le musée Lamborghini situé dans la petite ville de Sant’ Agata dans la région de Bologne. Lors de notre arrivée, à notre grand malheur, l’usine ainsi que le musée étaient fermés pour une raison inconnue. Nous étions très déçus de la situation. Nous décidons donc de traverser la rue et d’aller profiter de cette belle journée ensoleillée en prenant une bonne bière locale dans un petit bar qui venait tout juste d’ouvrir de l’autre côté de la rue, le Bull Bar. J’ai tout de suite remarqué cette belle Lamborghini verte fluo située dans le garage à aire ouverte juste à côté la terrasse. Je ne suis pas surpris de la voir, puisque nous nous trouvons en face de l’endroit où elles sont fabriquées. Pendant que je sirote ma bière en regardant l’immense logo au dessus de l’usine, je feuillette le menu du bar. À travers les sandwichs au prosciutto et les entrés de bruchettas, ça me frappe : « RENT A LAMBORGHINI ». Soudain ma mission prend une autre tournure et devient possible! Parce qu’on doit se le dire, même si ton meilleur chum possède ce genre d’auto, jamais il ne va te la prêter.

Mon père me regarde, j’ai les yeux pétillants. Je me lève d’un coup et me dirige vers celui qui semble être le propriétaire du café! Après quelques minutes à discuter, je reviens m’assoir. Moyennant 250 euros, je pourrai m’introduire confortablement dans cette Italienne de mes rêves! Après un court cocus en famille c’est décidé; mon père, mon frère et moi reviendrons demain visiter l’usine et le musée qui seront ouverts et les filles profiteront de la terrasse avec une bonne coupe de rouge.

Mercredi à 13h, nous sommes de retour au Bull Bar. Je suis nerveux, mais Dieu sait que je ne le laisse pas paraître! Je jase avec celui qui sera mon copilote pour cette aventure. Il scan mon permis, mon passeport et me fait signer les papiers d’assurance. Je peux vous dire que j’ai eu un petit frisson quand j’ai vu le montant à débourser si j’égratignais l’auto! 13h15, c’est parti! J’embarque dans l’auto et je la démarre! Au point mort, je donne deux coups à la pédale des gaz et je me sens tellement mâle! Nous quittons le café pour une ballade qui doit durer 30 minutes. Cependant,  le café vient tout juste d’ouvrir et c’est la première fois que l’auto est louée pour 30 minutes, les gens se contentant habituellement de 10 ou 15 minutes. Mon copilote décide donc de nous faire sortir un peu de la ville, question d’éviter les embouteillages et de s’amuser un peu.

Me voilà sur des petites routes de campagnes perdues en Italie. Devant moi, la route finie là où le ciel débute. Massimo, mon passager me regarde et me dit : Have fun! Le signal que j’attendais! Je rétrograde en 2e vitesse et j’appuie à fond sur la pédale! Je passe la 3e et je lève les yeux vers les cadrans… 225 km/h!! Impossible, j’ai l’impression de rouler à 120 sur la 50! On se promène dans les petites routes de campagnes où ronds-points et virages à 180 degrés sont communs. Il est maintenant temps de rebrousser chemin. Avant de s’engager sur la grande route, je demande à Massimo si je peux essayer les freins. Il regarde en arrière : personne. Regarde les cadrans : 105 km/h. GO! Wow, en quelques mètres à peine, nous sommes complètement arrêtés. Les marques laissées par la ceinture seront d’ailleurs encore bien visibles le soir venu.

Je vous rappelle ici que Massimo n’est pas habitué à des ballades de 30 minutes. Nous voilà donc perdus et après quelques téléphones au café, nous activons le GPS. Il était temps vous me direz, mais bon, moi ça faisait bien mon affaire, d’autant plus que ça ne me coûtait pas plus cher! Nous sommes arrivés avec 15 minutes de retard sur notre horaire, mais mon sourire démontre toute la joie que ces 45 minutes m’ont procurée.

Bien qu’il serait facile de vous en parler pendant cinq pages encore, je m’arrêterai ici. Par contre si vous aimez les voitures et qu’on se croise dans un festival ou un bar, venez me voir et il me fera plaisir d’en discuter plus longuement autour d’une bière.

Phil Denis

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :