SERAIT-CE LA FIN DES TRANSMISSIONS MANUELLES?

13 07 2012

Les embouteillages monstres dans lesquels on passe une partie de notre vie, le désintéressement général de la population pour l’automobile ou simplement la crainte de ne pas être à la hauteur sont autant de facteurs qui risquent de faire disparaître les boites mécaniques.

BMW, manufacturier privilégiant l’agrément de conduite, doit d’ailleurs se plier à la demande : la toute nouvelle Série 3 sera proposée de série avec une transmission automatique. On nous annonce toutefois qu’une boite manuelle sera offerte en option sans supplément. Ça donne le ton. Un belle gueule, un moteur qui donne une petite poussée dans le dos et un habitacle rempli de gadgets, le tout orné d’une insigne prestigieuse. Voilà la voiture de rêve de 2012.

Heureusement croyez-vous, il restera toujours les versions ultra sportives flanquées du badge « M » pour permettre aux plus fortunés de mettre la main sur des voitures amusantes? Et bien détrompez-vous : la nouvelle M5 sera livrée uniquement avec la transmission automatique. On installera évidemment des petites palettes de changement de rapport au volant pour faire semblant d’être en plein contrôle.

Triste bilan. À une certaine époque pourtant, tout le monde savait conduire une voiture à transmission manuelle puisque la boite automatique était une rareté. Pire encore, il y avait des affreux et imprécis leviers de vitesses montés aux colonnes de direction. Dans notre époque de paresse, on passe malheureusement à côté de choses drôlement amusantes. Qui plus est, une voiture à boite mécanique peut être beaucoup mieux contrôlée et donc plus sécuritaire. Pas de délai de au moment de rétrograder pour effectuer un dépassement, freinage d’urgence plus efficace et plein contrôle sur le régime moteur en courbe, un élément crucial pour l’adhérence. Je n’imagine pas devoir m’en passer une seconde.

Lorsque les régulateurs de vitesse adaptatifs seront répandus et plus perfectionnées encore, deviendra t’il impossible d’acheter une voiture avec laquelle on peut décider du moment d’accélérer ou de freiner? Il suffirait maintenant que le gouvernement s’en mêle et avance que les changements de rapport sont une distraction et force les constructeurs à ne vendre que des modèles à transmission automatique. Attention, ils en seraient capables…

Daniel Charette

Publicités




DONNEZ-VOUS L’EXEMPLE?

19 06 2012

 

Aussi loin que je me souvienne, il était courant d’entendre dire combien les jeunes étaient dangereux au volant. Tout comme attendre quelqu’un avec « une brique et un fanal », l’environnement a changé mais l’expression a subsisté.

Il faut mettre une chose au clair : des écervelés, il y en aura toujours et dans tous les groupes d’âge. Une fois cette distinction faite, je crois que les jeunes d’aujourd’hui ont tout ce qu’il faut pour devenir de meilleurs conducteurs que ceux d’il y a vingt ans. Pour avoir enseigné la conduite auprès de cette nouvelle génération de conducteurs, j’ai constaté que leur rapport avec l’automobile est bien différent. Une voiture idéale aux yeux de la plupart d’entre eux serait économique, jolie, compacte, sécuritaire et équipée des dernières options de lecture de musique numérique et de connectivité sans fil. De la puissance? Bah, un minimum seulement… la consommation d’essence doit demeurer minimale.

Conscients des risques reliés à la conduite, une quelconque manœuvre qualifiée de dangereuse ayant été commise par un jeune automobiliste est plus souvent due à un manque d’expérience de la route qu’à un comportement téméraire. En fait, ce sont les moins jeunes qui pointent les jeunes du doigt qui sont parfois à l’origine du problème. On apprend aux nouveaux conducteurs l’importance d’indiquer son intention en clignotant : j’ai d’ailleurs conditionnés les plus récalcitrants jusqu’à ce qu’il leur soit inconcevable de tourner le volant sans que le clignotant ne soit activé. Une fois qu’ils ont compris l’importance de ce geste, ils sont prêts à prendre la route, où malheureusement, le clignotant est aussi en vogue que les robes à crinoline. Inconscient du danger qui les guette, ils circulent sans crainte autour de véhicules qui s’apprêtent à changer de voie ou à tourner à tout moment, sans l’avoir indiqué.

Je m’adresse à vous les conducteurs « expérimentés » : les nouveaux usagers de la route n’ont peut-être pas les mêmes réflexes que vous. Si l’un d’eux vous engloutit le pare-chocs arrière après que vous ayez freiné de 70 à 20 km/h sur un boulevard afin de tourner sur une rue perpendiculaire et que vous n’aviez pas mis préalablement votre clignotant en fonction, c’est vous qui devrait être blâmé. Après plusieurs années sur la route, on fini par anticiper ce type de manœuvre et voilà l’erreur. On ne devrait jamais avoir à jouer aux devinettes. Alors oui, les jeunes sont plus souvent impliqués dans des accidents : mais on ne fait rien pour les aider.

J’ai parfois l’impression d’être seul à lutter pour la vraie sécurité routière, Les policiers sont trop occupés à vérifier la vitesse de véhicules qui circulent en ligne droite sur un boulevard pour remarquer ceux qui tournent en double ou sans clignotant ou même les deux en même temps! Avant de crier ou faire un doigt d’honneur à une jeune automobiliste nerveuse qui s’est engagée devant vous (pourtant avec clignotant) alors que vous arriviez à vive allure après avoir décidé d’intégrer la voie rapide avant elle en passant sur une ligne pleine, regardez-vous dans le miroir. Qui est le plus dangereux?

Daniel Charette





CONNAISSEZ-VOUS VOS CARROSSERIES?

13 06 2012

Quiconque jetant un œil sur les sites de voitures d’occasion réalise que les types de carrosseries ne sont pas maîtrisés par tout le monde. J’en conviens, il y a des notions plus importantes à connaître à l’heure où plusieurs sont incapables d’aligner deux phrases sans faire trois fautes, mais le problème vaut tout de même la peine qu’on s’y penche un instant.

Ne serait-ce que pour vendre votre véhicule, il est impératif de remplir correctement les cases à menu déroulant puisqu’elles servent à la recherche des acheteurs éventuels. Quelqu’un qui recherche une décapotable ne sera sans doute pas intéressé par votre berline, tandis que celui qui cherche justement une berline ne verra pas votre véhicule dans sa recherche puisqu’il est mal catégorisé.

Pour faire simple, voici :

Berline : Voiture tricorps à 4 portières. Probablement la configuration la plus répandue. (ex : Chevrolet Cruze)

Chevrolet Cruze

Coupé : Voiture tricorps à 2 portières. Souvent le « sport » d’une berline (ex : Dodge Challenger)

Dodge Challenger

À Hayon : Voiture bicorps à 3 ou 5 portières. Contrairement à une berline ou un coupé, le compartiment à bagages communique avec l’habitacle. (ex : Fiat 500)

Fiat 500

Décapotable : Voiture tricorps à 2 portières dont le toit s’escamote. (ex : Mazda MX-5)

Mazda MX-5

Familiale : Voiture bicorps à 5 portières dont le toit se prolonge jusqu’à l’aplomb de l’arrière du véhicule. Techniquement proche d’un modèle à hayon, la familiale se distingue par une capacité de chargement accrûe et un arrière moins fuyant. Le porte-à-faux arrière devrait être aussi long que celui d’une berline. (ex : Audi A4 Avant)

Audi A4 Avant

VUS : Véhicule utilitaire comportant un hayon pour un total de 3 ou 5 portières. Originalement dérivés de camionnettes, ils adoptent aujourd’hui plus souvent une architecture monocoque. (ex : Nissan Pathfinder)

Nissan Pathfinder

Multisegment : Véhicule à hayon avec 3 ou 5 portières utilisant le châssis d’une automobile mais adoptant une garde au sol surélevée. Sans doute la catégorie la moins clairement définie, un multisegment peut prendre à la fois des airs de VUS, de familiale ou de voiture à hayon. ( ex : Kia Soul)

Kia Soul

Camionnette : Camion à 2, 3 ou 4 portières doté d’une benne. (ex : Toyota Tacoma)

Toyota Tacoma

Fourgonnette : Fourgon léger équipé de 1 ou 2 portes coulissantes à l’arrière. Dédiée à un usage plus souvent familial que commercial. (ex : Dodge Caravan)

Dodge Caravan

Fourgon : Fourgon commercial avec 1 porte coulissante latérale et 2 portes arrière à battant. (ex : Ford Econoline)

Ford Econoline

Avec le vocabulaire approprié, tout le monde est sur la même longueur d’onde, ce qui s’avère particulièrement efficace au moment de l’achat ou de la vente d’un véhicule. Si vous n’étiez pas déjà à l’aise avec cette terminologie, vous pourrez maintenant contribuer à faire la vie dure aux erreurs communes, telle que la fâcheuse habitude qu’ont certains d’appeler « familiale » ce qui est en fait une « berline » en se basant sur le caractère familial d’une voiture à 4 portières.

L’Univers Automobile





QUI NE VEUT PAS UNE AUDI R8?

3 05 2012

Dans le domaine des biens de consommation qui font rêver, l’automobile arrive souvent en tête de liste. Bien que certains ont des rêves un peu plus accessibles qu’ils réussiront plus facilement à réaliser, c’est habituellement des voitures exotiques qui sont mentionnées. Tout le monde a le droit de rêver mais dans certains cas il est préférable de ne jamais y accéder, au risque d’être très déçu. On voit assez mal, par exemple, une jeune étudiante qui réussit de peine et de misère à stationner sa Yaris, prendre le volant de la Bentley Continental qui orne son babillard Facebook. Voilà un rêve qui se transformerait rapidement en cauchemar!

Alors que les véhicules de rêve de certains sont aussi hors de prix qu’inadaptés à l’utilisation qu’ils en feraient, l’Audi R8 sort quelque peu du lot. Le porte-étendard de la marque aux anneaux n’a pas à rougir face aux italiennes en matière de performance mais peut leur donner une bonne leçon en ce qui attrait à la facilité d’utilisation. À peu près tout le monde s’habituera rapidement à sa position de conduite, tandis que son rouage intégral et ses éléments mécanique de grande série rendent possible son utilisation toute l’année. La cerise sur le gâteau : elle peut être considérée « abordable » si on la compare aux Aston Martin et Ferrari dont on rêve aussi très souvent. Un exemplaire à moteur V8 peut d’ailleurs se trouver sous la barre des 100K $ dans le marché de l’occasion. On comprend donc que ce soit l’objet de désir de nombreux automobilistes! Réaliserez-vous votre rêve?

Daniel Charette

 





TABAC ET VUS : CLOU ET CERCUEIL

24 04 2012

Les produits du tabacs compromettent la santé. Oui oui, je vous le jure. Les consommateurs, tout comme les cigaretiers le savent. Ces derniers apposent d’ailleurs des avertissements sur les emballages. Quelle ne fût pas ma surprise, lorsqu’en prenant le volant d’un VUS, j’ai aperçu un autocollant à l’intérieur du pare-soleil, mettant en garde des dangers reliés à l’utilisation du véhicule. Je lève mon chapeau à ce constructeur qui a pris l’initiative d’avertir les consommateurs des risques bien qu’il n’y ait aucune loi l’obligeant à le faire.

Ce manufacturier responsable est Mitsubishi, et bien que le RVR ne soit pas parmi les plus dangereux de la catégorie des VUS, il n’en demeure pas moins qu’il est nécessaire d’adapter sa conduite. Si les fumeurs connaissent les dangers du tabac depuis fort longtemps, les conducteurs de véhicules utilitaires en sont pour la plupart inconscients. Il est facile de pointer du doigt la vitesse lorsqu’il est question de bilan routier et de resserrer des lois déjà fort castrantes. Il serait toutefis intéressant de connaître le taux d’implication des VUS dans les accidents de la route en proportion de leur présence sur les routes. Ces véhicules, d’abord conçus pour franchir des obstacles hors-route avec leur garde au sol élevée, se sont graduellement civilisés pour satisfaire une clientèle ayant la fausse impression d’être davantage en sécurité à leur volant.

La gente féminine est particulièrement friande de ces véhicules et pourtant elles connaissent mieux que les hommes l’effet du centre de gravité sur la stabilité. Toutes vous répondront en effet qu’elles préfèrent troquer leurs chaussures à talons hauts pour des espadrilles lorsqu’elles désirent avoir pleinement le contrôle de leurs mouvements. Et bien la même physique s’applique à l’automobile et au moment d’éviter un obstacle ou de freiner, plus le centre de gravité d’un véhicule est élevé, plus les risques de perte de contrôle le sont. À noter que le poids est aussi un facteur clé dans l’équation et les VUS sont toujours plus lourds qu’une voiture de format équivalent.

Peut-être que dans le cas de certains impacts bien précis, un VUS peut protéger davantage mais il faut garder en tête que ce même impact aurait possiblement pu être évité à bord d’un véhicule ayant plus de maniabilité. Si j’ai le choix, je préfère éviter un accident que d’y être impliqué, même à bord d’un véhicule suffisamment imposant pour limiter mes blessures. L’autre véhicule n’aura peut-être pas cette chance non plus. On remarque en fait que le phénomène a fait boule de neige : on achète un véhicule plus gros et plus haut car on se sent vulnérable dans cette jungle de gros véhicules à laquelle on contribue du coup.

D’ici à ce que le gouvernement se concentre sur ce problème plutôt que sur divers moyens de mieux vider les poches des automobilistes, espérons que plus de manufacturiers prendront exemple sur Mitsubishi. S’il se vend moins de VUS, il se vendra simplement plus de voitures et les routes ne seront que plus sécuritaires pour tout le monde.

Daniel Charette

 





25 ANS PLUS TARD

17 04 2012

Il y a quelques jours, alors que je cherchais une revue (que je n’ai jamais trouvé) dans mon étagère bondée de publications automobiles, je me suis arrêté un moment pour feuilleter un ancien « Duval de l’Auto ». Je suis tombé sur l’édition 1987, laquelle m’a ramené 25 ans en arrière dans la production automobile, entre des pages que j’ai lues et relues presque aussi souvent que Charlie Sheen a commis des excès.

Alors que plusieurs souvenirs ont refait surface, l’exercice fait à réfléchir sur la situation de l’automobile aujourd’hui. En cette année mémorable due à l’échec de l’accord du lac Meech, le salaire minimum était de 4,55$, tandis qu’il était possible de s’offrir une Mustang pour 9995 $. Si dans ce dernier cas l’offre était plutôt alléchante, il en était autrement des voitures européennes. À titre d’exemple, la plus dépouillée des Mercedes, une 190 qui équivaut à une classe C d’aujourd’hui, se détaillait à 42 995 $, soit davantage qu’aujourd’hui! À cette époque, la Ford Tempo choquait encore, 3 années après sa sortie, à cause de son aérodynamique poussée qui tranchait radicalement avec le style qui prévalait à l’époque. Imaginez, on la qualifiait de futuriste! À l’opposé, les berlines américaines de grand format comportant un châssis à échelle et des roues arrière motrices étaient en perte de vitesse, mais existaient toujours au catalogue des 3 grands constructeurs américains. Les améliorations apportées à ces modèles étaient donc minimes, comme en font foi les nouveautés de la Dodge Diplomat en 1987 : une radio à syntonisation électronique et un compteur journalier. Ce mastodonte désuet autorisait néanmoins un déboursé de près de 13 000$ en version de base!

Encore aujourd’hui, l’automobile représente pour la plupart d’entre nous, la deuxième dépense la plus importante après l’habitation. Toutefois, la compétition fuse de toutes parts et le consommateur y gagne. Le climat d’oligopole est bel et bien terminé et les grands constructeurs d’hier luttent maintenant pour obtenir leur part du marché. Considérant tout l’équipement de sécurité et les gadgets qui équipent aujourd’hui les véhicules les plus prolétaires, il est possible de bien rouler à peu de frais. Nombreux sont les moteurs 4 cylindres qui développent plus de puissance que les anciens V8 tout en consommant facilement 2 fois moins. Les sous-compactes profitent maintenant d’habitacles plus spacieux que les voitures intermédiaires d’hier. Tout cela en 25 ans.

Certains diront que l’automobile n’a pas évolué depuis longtemps puisque le moteur à explosion est toujours au cœur de la majorité des modèles offerts. Sans mauvais jeu de mots; à quoi bon réinventer la roue? Mes récents essais de véhicules hybrides ont fait la démonstration d’une certaine efficacité, mais ce n’est toujours pas une option accessible à toutes les bourses. Je demeure également sceptique quant à la profondeur de l’empreinte que laisseront ces véhicules sur l’environnement. Est-ce qu’au fil du temps, le poids de la pile finira par avoir plus d’influence sur la consommation du moteur à combustion que l’apport d’énergie qu’elle sera en mesure d’apporter? Et c’est sans parler des piles usées.

Comparativement à 1987, nous avons droit à des véhicules à la fois plus compacts et plus spacieux. Plus performants, mais plus sécuritaires. Outre la chasse au poids et l’optimisation de la puissance tirée de chaque litre d’essence, quels seront les enjeux qui dicteront la production automobile des 25 années à venir?

Daniel Charette

 





TASSES-TOI MONONC!

3 04 2012

On pourrait croire qu’il s’agit uniquement d’une suggestion mais non. La voie de gauche est vraiment dédiée aux dépassements et personne ne devrait y séjourner plus que quelques secondes. Tandis qu’aux États-Unis et en Ontario on nous le rappelle régulièrement à l’aide d’insignes « slow traffic keep right », au Québec ce n’est malheureusement pas une priorité.

 

Si les autos-patrouille restent cachées sous les viaducs d’autoroutes lorsqu’un véhicule passe devant leurs yeux dans la voie de gauche en ne dépassant personne, osez doubler l’un d’eux par la droite et vous verrez et vous verrez qu’on ne dort pas : on choisit ses proies. On se retrouve donc avec de la frustration et parfois même des accidents causés par certains individus n’étant pas dotés de la faculté de réfléchir, qui décident de freiner violemment quand ils se font coller au pare-chocs plutôt que de réaliser qu’il n’y a personne à leur droite et de se ranger.

 

Amusant et efficace, regardez la méthode utilisée par ce policier américain pour faire comprendre à cet automobiliste que c’est à droite que l’on doit circuler :

Daniel Charette








%d blogueurs aiment cette page :