C’EST VOTRE DROIT

24 02 2013

Connaissez-vous vos droits? Pas ceux que la police vous récite en cas d’arrestation, mais plutôt ceux que vous avez en tant que propriétaire d’un véhicule nécessitant des réparations? La règle est simple : vous êtes client, vous choisissez.

Peut-être avez-vous déjà entendu que l’entretien de votre véhicule récent doit être fait chez le concessionnaire afin de ne pas invalider la garantie? On a tenté de vous en passer une. C’est tout simplement David cotre Goliath ou si vous préférez, le concessionnaire qui utilise des moyens anticoncurrentiels afin de vous décourager de rendre visite à votre garagiste indépendant. Pourtant, du côté de l’Office de la protection du consommateur, on précise que l’entretien et les réparations d’un véhicule ne peuvent affecter la garantie d’un véhicule. Autrement dit, il faut prendre soin de son véhicule, mais cette responsabilité est entre les mains du propriétaire et non celles du concessionnaire qui l’a vendu.

EN CAS D’ACCIDENT

C’est sensiblement la même chose du côté de la carrosserie. Saviez-vous que bon nombre de concessionnaires chez qui vous laissez votre véhicule pour des travaux de carrosserie l’envoient ensuite réparer à l’extérieur chez un carrossier indépendant? Cela ne change rien à la qualité du travail effectué, mais si l’on vous raconte que les réparations doivent être faites chez le concessionnaire pour respecter la garantie, pourquoi les concessionnaires enverraient-ils eux-mêmes votre véhicule ailleurs?

ET LES ASSUREURS

En cas d’accident, vous contactez votre compagnie d’assurance, laquelle peut vous recommander un des carrossiers avec qui elle a une entente, dans le cas où vous n’avez pas déjà choisi votre atelier. Jusque-là, pas de problème. Par contre, si vous désirez confier votre véhicule à votre carrossier de confiance, l’assureur doit respecter votre choix. Malheureusement, c’est là que la désinformation sévit et on dit parfois au client qu’il ne peut choisir son carrossier ou encore que s’il le choisit lui-même, les travaux ne seront pas garantis. Sachez d’abord que la compagnie d’assurance n’émet aucune garantie, c’est le carrossier qui le fait. Alors, c’est à vous de vous renseigner et vous verrez que la garantie des petits ateliers est souvent tout aussi avantageuse que celle des grands centres, en plus de pouvoir retracer facilement le parcours de votre véhicule. Souvent, vous pourrez parler directement avec le patron et parfois même avec le débosseleur et le peintre qui travaillent sur votre véhicule. Dans le cas d’un grand centre où des réceptionnistes prennent des dizaines de rendez-vous par jour et où l’atelier compte une cinquantaine de travailleurs, le contact est un peu moins direct. Le mieux est de magasiner vous-même votre carrossier et d’informer ensuite l’assureur de votre choix. Il est possible que l’on tente de vous dissuader si vous n’optez pas pour la bannière avec qui votre assureur a conclu une entente afin de recevoir une ristourne sur les travaux effectués, mais rappelez-vous que vous seul êtes en droit de décider. De plus, il faut savoir que le montant de la réclamation sera probablement moins élevé si vous faites affaire avec votre carrossier indépendant. En effet, l’assureur accorde habituellement un tarif horaire de 43$ l’heure à votre centre de carrosserie comparativement à 55$ pour celui avec lequel il a conclu une entente. Ainsi, votre réclamation est légèrement supérieure et la bannière peut verser la ristourne à l’assureur.

En bout de ligne, que ce soit de la mécanique ou de l’esthétique : vous payez, donc vous décidez.

L’Univers Automobile

Publicités




L’ASSURANCE DISCRIMINATION

21 02 2011

L’assurance est un concept brillant, il ne va pas sans dire. De savoir que l’on supporte collectivement des malheurs, qui affrontés en solitaire pourraient détruire des vies ou tout au moins des portefeuilles, est rassurant.

Un autre grand thème de notre société, soit l’égalité, peut sembler également grand, fort et réconfortant mais dans le milieu de l’assurance il brille par son absence. Tous et chacun ne peuvent évidemment pas payer la même prime selon la valeur du véhicule assuré ou le niveau de risque de l’endroit où le dit véhicule est garé puisque la campagne et la métropole ne présente pas les mêmes dangers. Toutefois, la différence devrait s’arrêter à l’environnement de l’individu et non pas se prolonger jusqu’aux caractéristiques de ce dernier.

À BAT LE RACISME ET VIVE LE SEXISME?

Imaginez un instant qu’il serait établi et prouvé que les haïtiens soient plus à risque d’avoir un accident que les caucasiens… Ouch! La compagnie d’assurance qui oserait varier le coût de ses polices selon une considération raciale ferait aussitôt les manchettes, serait pointée du doigt et maudite. Pourtant, il est tout à fait convenable semble t-il de charger plus cher aux hommes qu’aux femmes. Une chance que ce n’est pas le contraire, les féministes seraient en feu…

Les jeunes paient aussi plus cher que les adultes plus mûrs… mais pas trop mûrs attention : la prime est également à la hausse pour les ainés. La palme du ridicule toutefois, je l’ai entendue un peu plus tôt aujourd’hui dans une publicité radiophonique. Un assureur offre un rabais si vous avez des enfants. Alors que je suis découragé de voir des gens irresponsables devenir des parents incompétents, je trouve pour ma part la sagesse d’attendre le moment opportun et une certaine sécurité financière pour me mettre à l’œuvre et voilà que des imbéciles heureux en manque de préservatifs auront un rabais auquel je n’ai pas droit.  Bravo!

Si des statistiques ont établis qu’il y a plus de véhicules volés à Laval qu’à Ste-Marguerite-Du-Lac-Masson, ça va, pas de problème. Par contre, tant qu’il n’y aura pas de données sur les Daniel Charette de ma grandeur, de mon groupe sanguin, possédant mes valeurs et mes croyances politiques, je ne veux pas être catégorisé dans un groupe plus restreint que celui de la région où je demeure. Je n’ai absolument rien en commun avec un fou furieux au volant d’une camionnette brinquebalante à laquelle il ne tient pas plus qu’à sa propre vie et ce, même si nous sommes des hommes du même âge.

Je devrais donc payer la même somme que les autres résidants de mon secteur possédant un véhicule de valeur égale au mien? Mais non, il n’en est rien. D’être maman et du coup femme, profitera doublement à cette voisine sur l’aide sociale qui se stationne au son de son pare-chocs qui touche celui de la voiture derrière elle… lorsqu’elle est assez sobre pour se rendre compte que véhicule il y a.

Daniel Charette

 

 








%d blogueurs aiment cette page :