SERAIT-CE LA FIN DES TRANSMISSIONS MANUELLES?

13 07 2012

Les embouteillages monstres dans lesquels on passe une partie de notre vie, le désintéressement général de la population pour l’automobile ou simplement la crainte de ne pas être à la hauteur sont autant de facteurs qui risquent de faire disparaître les boites mécaniques.

BMW, manufacturier privilégiant l’agrément de conduite, doit d’ailleurs se plier à la demande : la toute nouvelle Série 3 sera proposée de série avec une transmission automatique. On nous annonce toutefois qu’une boite manuelle sera offerte en option sans supplément. Ça donne le ton. Un belle gueule, un moteur qui donne une petite poussée dans le dos et un habitacle rempli de gadgets, le tout orné d’une insigne prestigieuse. Voilà la voiture de rêve de 2012.

Heureusement croyez-vous, il restera toujours les versions ultra sportives flanquées du badge « M » pour permettre aux plus fortunés de mettre la main sur des voitures amusantes? Et bien détrompez-vous : la nouvelle M5 sera livrée uniquement avec la transmission automatique. On installera évidemment des petites palettes de changement de rapport au volant pour faire semblant d’être en plein contrôle.

Triste bilan. À une certaine époque pourtant, tout le monde savait conduire une voiture à transmission manuelle puisque la boite automatique était une rareté. Pire encore, il y avait des affreux et imprécis leviers de vitesses montés aux colonnes de direction. Dans notre époque de paresse, on passe malheureusement à côté de choses drôlement amusantes. Qui plus est, une voiture à boite mécanique peut être beaucoup mieux contrôlée et donc plus sécuritaire. Pas de délai de au moment de rétrograder pour effectuer un dépassement, freinage d’urgence plus efficace et plein contrôle sur le régime moteur en courbe, un élément crucial pour l’adhérence. Je n’imagine pas devoir m’en passer une seconde.

Lorsque les régulateurs de vitesse adaptatifs seront répandus et plus perfectionnées encore, deviendra t’il impossible d’acheter une voiture avec laquelle on peut décider du moment d’accélérer ou de freiner? Il suffirait maintenant que le gouvernement s’en mêle et avance que les changements de rapport sont une distraction et force les constructeurs à ne vendre que des modèles à transmission automatique. Attention, ils en seraient capables…

Daniel Charette

Publicités




CADILLAC ATS : ÇA PROMET!

27 06 2012

General Motor a décidé de s’attaquer de front aux berlines sport allemandes en développant la Cadillac ATS 2013. On peut se demander pourquoi une marque de prestige qui tentait de renaître depuis un bon moment déjà a mis autant de temps à offrir une rivale à la fameuse BMW Série 3. Était-ce pour bien faire ses devoirs? Espérons le!

Avec ses airs de mini CTS aux angles légèrement adoucis, la Cadillac ATS 2013 est facilement identifiable à la marque, mais l’est-elle au segment? Des porte-à-faux réduits et des roues poussées à l’extérieur se chargent de l’impact visuel et donnent assez bien le ton. Les caractéristiques ne mentent pas : poids juste au dessus des 1500 kg réparti 50/50 entre les essieux, architecture à propulsion avec rouage intégral optionnel et le choix entre une boîte automatique ou mécanique. L’ATS prend son rôle de berline sportive au sérieux!

DES MOTEURS POUR TOUT LE MONDE 

 

Sous le capot, il sera possible de choisir entre trois moteurs, dont 2 seront des 4 cylindres. En entrée de gamme, c’est un 2,5 L de 200 chevaux qui sera proposé. Sa puissance ne devrait pas poser problème, mais reste à voir si le rouage intégral pourra y être jumelé. En option, on peut jouer la carte « Style Audi » ou classique Cadillac. Dans le premier cas, il s’agit d’un autre 4 cylindres (tout nouveau), affichant une cylindrée de 2 litres et une puissance de 270 chevaux, gracieuseté d’un turbocompresseur. Vous voyez l’emblème « 2.0T » sur le coffre d’une Cadi? Les plus conventionnels pourront opter pour le superbe V6 de 3,6 L que l’on retrouve déjà dans d’autres produits de la marque. Grâce à ses 318 chevaux, GM annonce que l’exercice 0-100 km/h pourra être bouclé en tout juste 5,4 secondes. Les conducteurs d’allemandes auront de la visite dans leurs rétroviseurs…

Afin de minimiser le poids et de le répartir efficacement, on a opté notamment pour un capot en aluminium ainsi que des supports de moteur en magnésium. À l’arrière, la toute nouvelle suspension à cinq bras est entièrement en acier tandis que le différentiel est composé de fonte. Rigidité et équilibre ont dicté ces choix et on prétend également que le différentiel en fonte plutôt qu’en aluminium permet d’économiser du carburant.

MODERNE

La technologie est aussi au rendez-vous et outre les phares à DEL, la face avant accueille une calandre aux volets motorisés qui se referment automatiquement à mesure que la vitesse augmente et que le besoin en air frais diminue, afin de réduire la résistance aérodynamique. Il faudra penser à ne pas y laisser de glace si on veut assurer la survie de ce brillant mécanisme.

Dans l’habitacle on retrouvera des boiseries naturelles, de l’aluminium, du cuir et de la fibre de carbone, selon les versions et les options. Bien que ces matériaux apportent une certaine noblesse, Cadillac s’attend à ce que la nouvelle interface CUE (Cadillac User Experience) soit le centre d’attraction. Ce système promet d’être à la fois simple et efficace. La navigation tactile de type capacitive utilise des électrodes afin de détecter les objets conducteurs, comme les doigts. La précision devrait être supérieure à ce à quoi la concurrence nous a habitué, tandis que la radio et le système de divertissement est contrôlé en seulement 4 commandes comparativement à près de 20 sur certains autres systèmes.

Disponible un peu plus tard cette année, la Cadillac ATS méritera certainement considération auprès des fervents de BMW Série 3, Audi A4 ou Mercedes-Benz Classe C qui s’apprêtent à renouveler leur monture.

L’Univers Automobile





BBQ DEUTSCHFEST 2012 : UNE SAISON BIEN DÉMARRÉE

9 05 2012

C’est sous un soleil ardent que s’est tenue, le 5 mai dernier, la deuxième édition du barbecue d’ouverture de saison du Deutschfest. L’événement s’est déroul à Laval, aux installations d’Unitronic, firme bien connue chez les amateurs de Volkswagen, Audi et Porsche, pour ses logiciels de haute performance.

Outre la quantité impressionnante de voitures présentes, la qualité de ces dernières était aussi à souligner. Des projets sérieux, de styles variés, par des propriétaires passionnés : bref, on ne se lassait pas de faire le tour et de se rincer l’œil. Ajoutez à cela un BBQ et un DJ et il n’est pas surprenant qu’il ait eu autant de gens sur place.

Que vous ayez été ou non présents, ne manquez surtout pas le Deutschfest 2012 qui se tiendra à la fin de l’été. Pour connaître les dates et tous les détails, visitez le site officiel ici.

L’Univers Automobile





MINI ROADSTER : VITE LE BEAU TEMPS!

14 02 2012

Elle est jolie. Un peu drôle. Drôlement jolie. Deuxième décapotable de la famille, se distinguant par l’abandon de ses places arrière, la Mini Roadster met le plaisir à l’avant-plan.

Habitués que nous étions à voir la Mini sous sa forme à hayon, l’arrivée du modèle coupé l’an dernier a soulevé toutes sortes de réactions. Personnellement, j’aime bien le style du hayon et l’espace y est plus vaste. Hayon : 2, Coupé : 0. Avec la décapotable par contre, c’est différent. L’amoncellement de tissu causé par la capote repliée de même que les étranges charnières de ce qui s’appelle tout juste un coffre n’ont jamais été des éléments visuels très attrayants. Le Roadster, lui, est tout en beauté.

Même belle gueule que les autres versions, avec un pare-brise plus fortement incliné créant une silhouette bien différente. La partie arrière est lisse, du couvercle du coffre jusqu’à la capote qui se replie manuellement. Côté mécanique, on retrouve les mêmes moteurs que dans les autres modèles d’une puissance de 122 à 211 chevaux selon la somme que vous êtes prêts à débourser. Certes pas la plus pratique, la Mini Roadster risque tout de même de faire le bonheur de ceux qui la considèreront comme un jouet. Configurez la vôtre ici.

L’Univers Automobile





PRÉPARATION HIVERNALE

7 02 2012

Sans doute avez-vous des projets automobiles en tête pour la prochaine saison estivale? Se préparer tôt, dès maintenant même, permet de s’amuser un peu en attendant que le bitume se réchauffe et parfois même d’économiser. En effet, le magasinage sur le web ouvre les portes à un immense éventail en provenance de partout autour du globe. Pour des pièces ou des accessoires d’occasion comme des jantes, les petites annonces peuvent également s’avérer fort utiles. La bonne affaire est peut-être à votre porte et la saison morte vous permettra d’en profiter à meilleur prix.

Le projet «vieux bimmer» sera d’ailleurs orné dès le retour de la belle saison de ces jantes style M5 qui changeront radicalement son allure. Une fois peintes, polies et montées de pneus un peu plus étroits et donc étirés, elles donneront du caractère à la 528e. Une suspension abaissée pourrait aussi être envisagée… à vos projets!

Un vidéo bonbon en attendant le retour du beau temps :

L’Univers Automobile





CET ODOMÈTRE QUI NE VEUT PLUS RIEN DIRE

23 01 2012

Certains auront des souvenirs bien plus lointains encore que les miens, mais il y a à peine une dizaine d’années, au tournant du millénaire, l’état des voitures d’occasion n’était pas le même qu’aujourd’hui. Alors aux études, à la recherche d’une première voiture dans un état convenable, je me souviens qu’aux yeux des « adultes », c’était à 100 000 km qu’un véhicule devenait une minoune.

Les choses ont bien changé. Ceux qui, il n’y a pas si longtemps, maugréaient les voitures modernes et le plastique en scandant qu’un vrai char se devait d’être en grosse tôle en ont eu beaucoup à mettre dans leur pipe depuis. En fait, je m’avancerais à dire que, toutes choses étant égales par ailleurs, un véhicule d’aujourd’hui sera deux fois plus durable que son équivalent d’il y a 25 ans.

La qualité ayant été rehaussée graduellement, ça ne paraît pas aussi évident à moins de se remettre en contact avec une de ces vieilleries. C’est précisément ce que j’ai fait. Il y a quelques jours à peine, j’ai fait l’acquisition d’une BMW 528e 1986, un modèle qui évoque non seulement des souvenirs, mais qui pourrait servir de base à un projet évoluant ici même dans les prochains mois. Je me souviens qu’à l’époque, sa calandre concave et ses phares circulaires, lui avait valu la palme de voiture la plus terrifiante dans mon classement personnel d’enfant.

Bien qu’il y ait un peu de travail esthétique à effectuer, cette béhème est dans une excellente condition pour son âge. Elle vient tout juste de franchir le cap des 200 000 km et la plupart des composantes mécaniques ont été remplacées par l’ancien propriétaire. Prendre successivement le volant de cette 528e 1986 et d’une Audi A4 2002 que j’utilise quotidiennement et qui affiche pourtant 10 000 km de plus à l’odomètre (215 000 km) est révélateur. Les deux étant d’origine allemande et vigoureusement entretenues mécaniquement, cela met à l’avant-plan à quel point la qualité des véhicules a progressé.

Tandis que l’A4 semble en être encore à ses premiers tours de roue, il en est autrement pour la 528e. Les bruits de la route, de la ventilation (si au moins elle était efficace!) et des composantes du tableau de bord qui grincent les unes contre les autres en sont un bon exemple. Si les affres du temps peuvent avoir une part de responsabilité de ce côté, cela ne change en rien les dimensions initiales. Cette berline de format moyen offre moins d’espace pour les occupants qu’une sous-compacte moderne, alors que l’ergonomie était clairement une notion abstraite à l’époque.

Avec un peu de recul, on peut apprécier une voiture ancienne malgré ses défauts. Sans ces derniers, elle n’aurait sans doute pas autant de charme. Toutefois, ceux qui doutent encore de la qualité des véhicules récents devront se rendre à l’évidence : l’automobile ne cesse de s’améliorer et les lorsque les modèles d’aujourd’hui seront considérés anciens, il y a fort à parier qu’ils auront 400 000 km au compteur!

Daniel Charette

 





SIAM 2011 : UN REGAIN CERTAIN

14 01 2011

C’est aujourd’hui qu’ouvre ses portes aux visiteurs la 43e édition du Salon International de l’Auto de Montréal. On se souvient des dernières années de vaches maigres où les nouveautés étaient quasi inexistantes, où les décors minimalistes respiraient le bon marché et encore, quand les manufacturiers n’étaient pas carrément absents.

Bien que ce ne soit pas la plus exubérante des éditions, on sent un vent de renouveau, voir de reprise, qui plane dans le palais des congrès. Parmi les nouveautés au programme, on compte même deux primeurs nord-américaines, soit le BMW X1 et la Hyundai Accent. Que Hyundai ait choisi le Québec pour le lancement de sa sous-compacte n’est toutefois pas un hasard, puisqu’elle est des plus populaires sur notre territoire. Le BMW X1 pour sa part ne sera pas commercialisé au pays de l’oncle Sam, d’où son dévoilement à Montréal. Au chapitre des nouveautés, les amateurs de compactes seront servis puisqu’il sera possible d’examiner de près la Chevrolet Cruze, la Hyundai Elantra ainsi que la toute nouvelle Ford Focus. Du côté des multisegments, Chevrolet présente son Orlando tandis que la marque Land Rover tentera d’attirer de nouveaux acheteurs avec l’ (un peu plus) abordable Evoque.

La voiture tout électrique étant en vogue, une version de la Volt fidèle à 99% au futur modèle de production est également présente, aux côté de la Nissan Leaf et de la Mitsubishi i-MiEV. Chez Chrysler, on dévoile la Fiat 500 qui arrivera prochainement dans les salles de montre. Elle se dressera comme une concurrente de « taille » face à la Smart et à la nouvelle Scion iQ, aussi présentes au salon.

Comme par les années passées il y a bon nombre de kiosques, de services et d’attractions connexes; tels l’halte garderie Kia, les essais routiers Suzuki et la section en route vert l’avenir. La zone SCP est également de retour où les néons, écrans et systèmes de sonorisation dignes de discothèques sont montés à bord de véhicules à la base ordinaires mais préparés de façon extraordinaire par des amateurs de visibilité.

Pour tous les détails concernant les heures d’ouverture et la tarification, visitez le www.salonautomontreal.com et bon salon!

L’Univers Automobile








%d blogueurs aiment cette page :