FORD À LA SAUCE ST : DU PIQUANT, MAIS PAS DE MORDANT

14 09 2011

Qui n’a pas remarqué les récentes Fiesta et Focus sur nos routes? Elles sont jolies n’est-ce pas? Elles ont même une petite allure sportive. Question que le ramage s’apparente au plumage, Ford travaille à d’éventuelles versions sportives portant le sigle ST. Voyons voir…

Dans les deux cas, on parle de voitures bien nées. De solides châssis pouvant supporter une hausse de puissance et une suspension raffermie sans pour autant se tordre en tout les sens. Le géant à l’ovale bleu a également à son catalogue de nouveaux moteurs turbocompressés drôlement efficaces adroitement nommés Ecoboost.

Les vrais conducteurs sportifs qui attendent un rouage intégral qui permettra d’avoir enfin une alternative aux Subaru WRX/STI et Mitsubishi Lancer Ralliart/EVO de ce monde seront déçus. C’est les pseudo sportifs qui se contentent de faire des départs canons aux feux de circulation qui seront heureux d’apprendre que le prix sera maintenu à un niveau plus que raisonnable étant donné que la cavalerie sera acheminée aux roues avant seulement. Des carénages agressifs, des jantes redessinées, un échappement plus mélodieux et même des sièges au design inspiré des voitures de rallye. Pour impressionner une gamine de 18 ans à la sortie d’un club, tout y est.

La Focus ST s’apprête à poser les roues sous sa forme décisive dans les salles de montre des concessionnaires. Elle est belle, bien que massive. Qu’importe, la puissance proposée sera bien suffisante pour la mouvoir promptement. En effet, avec tout près de 250 chevaux extraits du 4 cylindres Ecoboost de 2L, c’est du sérieux. Ç’aurait pu faire mal aux japonaises intégralement mues, mais seule la Mazdaspeed 3, qui pour une raison inconnue n’est offerte qu’en traction, sera réellement menacée. Si l’extérieur de cette Focus est dynamique, l’intérieur est renversant. La présentation est plus distinguée que chez ses rivales et les sièges Recaro sont de véritables œuvres d’art.

Toujours au stade de véhicule concept, la Fiesta ST fait appel à un moteur 4 cylindres turbocompressé de 1,6L bon pour 177 chevaux et tout autant de couple. Comme les temps changent vite : il y a quelques années à peine la Focus SVT faisait état de solides performances avec un moteur pourtant plus timide. Présentée à Francfort en version 3 portières, il n’est pas certain que c’est ainsi qu’elle se déclinera si jamais elle est commercialisée chez nous. N’empêche, l’allure n’est pas vilaine. La calandre s’inspire de celle de sa grande sœur la Focus ST, tandis que les blocs optiques incorporent les populaires feux de jour à DEL. Bas de caisse et jantes spécifiques, la recette habituelle fonctionne. Du moins esthétiquement.

La course automobile étant depuis toujours une des meilleures publicités, on comprend mal le choix de Ford quant aux rouages de ses petites sportives. Tandis que les amateurs de Mitsubishi et Subaru peuvent se porter acquéreurs de modèles de série inspirés de ceux qui évoluent en rallye, les amateurs de Ford doivent se contenter de regarder les prouesses de Ken Block au volant de Fiesta et Focus à traction intégrale tout en sachant que la version qui leur est destinée est tout autre. Est-ce qu’il y a réellement autant de frimeurs qui ne veulent que l’enveloppe sportive ou si on tente de faire passer des vessies pour des lanternes?

Daniel Charette

Publicités




ACHÈTEREZ- VOUS AMÉRICAIN?

5 12 2009

Avec les récents déboires de l’industrie automobile, certains consommateurs qui étaient jusqu’ici fidèles aux produits de chez nous décident d’aller voir ailleurs. À l’opposé, d’autres accordent une seconde chance à un de ces manufacturiers en achetant un produit d’ici afin de soutenir notre économie.

Si les 3 grands d’autrefois se sont assis trop longtemps sur leurs lauriers, les japonnais et coréens en ont profité pour peaufiner leurs produits. Dans certains cas, le vent semble avoir tourné, Ford étant sans doute le meilleur exemple. La nouvelle Fusion, qui n’a pas usurpé son titre de voiture de l’année selon plusieurs publications, de même que la Fiesta qui débarquera prochainement méritent considération. La marque à l’ovale bleu fait des pas de géant pour rattraper le temps perdu, tandis que chez certains constructeurs d’orient la qualité n’est pas toujours à la hauteur de leur réputation.

Chez GM, on semblait sur la bonne voie aussi avec un grand ménage des trop nombreuses bannières, mais suite au coup de pouce financier des gouvernements certaines transactions sont remises en question, comme quoi il est difficile de se défaire de ses vieilles habitudes. Chrysler qui est fortement ébranlé, doit tenir bon jusqu’à l’arrivée de nouveautés dérivées de modèles Fiat, mais pas avant 2011.

De bonnes valeurs et des offres alléchantes seront-elles suffisantes pour vous inciter à acheter de ces manufacturiers chez qui les monstrueuses dépenses en salaires grugent un budget que le consommateur préférerait voir alloué en recherches et développements?

Daniel Charette








%d blogueurs aiment cette page :