BONNE CONSCIENCE ET NON-SENS

23 10 2011

La sacro-sainte tendance environnementale est en train de rendre les gens fous. Les dirigeants également. À ce chapitre, à quelques minutes au nord de Montréal, plus précisément à la Place Rosemère, il est maintenant possible d’apercevoir des stationnements réservés… aux véhicules hybrides!

En ordre de proximité avec l’entrée du centre commercial, on  retrouve donc les espaces dédiés aux handicapés, aux familles (ce qui frise déjà le ridicule, les enfants étant généralement en assez bonne condition physique) et ensuite celui pour les voitures hybrides. Selon cette logique, un utilitaire grand format comme le Chevrolet Tahoe hybride qui voit son moteur V8 à essence de 6L et plus de 300 chevaux assisté d’un moteur électrique a le privilège de se stationner près de la porte. Par contre, la Smart avec son moteur à essence 3 cylindres de 1L et 70 chevaux serait en infraction. Idem pour la Nissan Leaf qui ne consomme pas une goutte d’essence grâce à son unique moteur électrique et qui pour la même raison ne répond pas au qualificatif d’hybride.

Actuellement, tout le monde a envie de faire sa part pour la planète ou tout simplement de s’attirer la sympathie du public dans le cas d’une entreprise, mais il faudrait être concis. Une réelle initiative de la Place Rosemère aurait pu prendre la forme d’un éclairage entièrement alimenté par énergie solaire, de revêtements de plancher en matière recyclée ou je ne sais quoi d’autre qui aurait démontré une quelconque volonté de l’entreprise à minimiser son empreinte  environnementale plutôt que de simplement ajouter une contrainte ridicule à ses clients.

Daniel Charette

Publicités




LA FUSION DU LUXE ET DE L’HYBRIDATION

10 09 2010

Puisque la Ford Fusion était déjà disponible en version hybride, il en est de même aujourd’hui de sa cousine la Lincoln MKZ qui ainsi équipée, s’oppose férocement à la Lexus HS 250h. D’allure plus conventionnelle que cette dernière, la MKZ hybride permet de faire un choix écolo sans pour autant s’afficher haut et fort dans un véhicule aux allures peu conventionnelles comme sa rivale nippone.

Avec un moteur à essence de 4 cylindres de 2,5L aidé d’un moulin électrique, la puissance totale est de 191 chevaux. Bien que cela puisse paraître un peu juste à priori, le résultat n’est pas piqué des vers, gracieuseté entre autres de la boîte à variation continue qui effectue un travail exemplaire afin de bien étaler le couple. Étant donné l’incompatibilité du groupe propulseur hybride et de la transmission intégrale, un surplus de puissance aurait été futile en provoquant un effet de couple en plus de sabrer les acuités environnementales de la petite Lincoln.

Dans l’habitacle on découvre une finition soignée et des matériaux de qualité qui apportent un brin de noblesse à un véhicule qui repose essentiellement sur la plate-forme d’un modèle plus prolétaire issu de la gamme Ford. Qu’à cela ne tienne, tout le luxe et les commodités auxquelles on est en droit de s’attendre sont au rendez-vous. Du système de communication sophistiqué à commande vocale et technologie Bluetooth en passant par la navigation et l’affichage des données du groupe propulseur, tout y est. Le dispositif Smart Gauge pousse l’originalité en proposant sur l’écran ACL, un feuillage où des fleurs pousseront à long terme si votre conduite est suffisamment écologique. Motivation quand tu nous tiens…

Concrètement, Lincoln avance que sur une durée de vie de 240 000 km, une MKZ hybride a le potentiel de faire économiser plus de 7500 litres d’essence et empêcher le rejet de 26 tonnes de CO2 comparativement à une version à motorisation strictement essence. Aussi, il est possible de rouler en mode «tout électrique» jusqu’à une vitesse de 75 km/h contrairement à 40 km/h pour la Lexus HS 250h.

Offerte au même prix qu’une MKZ à moteur V6 et rouage intégral, il faudra choisir entre un coup de pouce à la planète ou une aide supplémentaire à la motricité pour affronter notre rigoureux climat. Les deux options sont valables et si elles étaient combinées le résultat serait sans doute sans doute fort populaire pour qui aurait les moyens de se l’offrir. D’ici là, la MKZ hybride est un choix sensé pour quiconque désire opter pour cette technologie sans adopter un tableau de bord futuriste lui rappelant à chaque fois qu’il s’agit d’une voiture particulière. Pour les adeptes de science-fiction, il y a toujours la Lexus.

Daniel Charette








%d blogueurs aiment cette page :