CAJUN? NON, MACAN!

11 05 2012

Le petit VUS Porsche dont on parle depuis si longtemps verra finalement le jour en 2013 en tant que modèle 2014, mais sous le nom de Macan contrairement à Cajun tel qu’anticipé. Reprenant la plate-forme de l’Audi Q5, il compte s’imposer face aux BMW X3 et Mercedes-Benz GLK.

Ce sera donc le sixième modèle de la gamme Porsche, aux côté des 911, Boxster, Cayman, Panamera et Cayenne. Ce dernier, qui à sa sortie en 2002, avait été pointé du doigt par les amoureux de la marque indignés que le blason Porsche se retrouve sur un VUS, s’est finalement révélé être une vache à lait. En effet, c’est le meilleur vendeur de la firme allemande en territoire américain. L’engouement des véhicules utilitaires semblant se diriger vers des modèles plus compact plutôt que de s’estomper simplement, force la marque à réagir et le Macan risque d’être fort populaire.

Depuis la disparition de la 968 en 1994, le Macan sera le premier véhicule Porsche à être équipé d’un moteur 4 cylindres. Ce ne serait pas non plus le dernier, si jamais les rumeurs au sujet d’un roadster à plate-forme commune avec un modèle Volkswagen voyait le jour et venait se placer sous le Boxster en entrée de gamme.

L’Univers Automobile

Publicités




TABAC ET VUS : CLOU ET CERCUEIL

24 04 2012

Les produits du tabacs compromettent la santé. Oui oui, je vous le jure. Les consommateurs, tout comme les cigaretiers le savent. Ces derniers apposent d’ailleurs des avertissements sur les emballages. Quelle ne fût pas ma surprise, lorsqu’en prenant le volant d’un VUS, j’ai aperçu un autocollant à l’intérieur du pare-soleil, mettant en garde des dangers reliés à l’utilisation du véhicule. Je lève mon chapeau à ce constructeur qui a pris l’initiative d’avertir les consommateurs des risques bien qu’il n’y ait aucune loi l’obligeant à le faire.

Ce manufacturier responsable est Mitsubishi, et bien que le RVR ne soit pas parmi les plus dangereux de la catégorie des VUS, il n’en demeure pas moins qu’il est nécessaire d’adapter sa conduite. Si les fumeurs connaissent les dangers du tabac depuis fort longtemps, les conducteurs de véhicules utilitaires en sont pour la plupart inconscients. Il est facile de pointer du doigt la vitesse lorsqu’il est question de bilan routier et de resserrer des lois déjà fort castrantes. Il serait toutefis intéressant de connaître le taux d’implication des VUS dans les accidents de la route en proportion de leur présence sur les routes. Ces véhicules, d’abord conçus pour franchir des obstacles hors-route avec leur garde au sol élevée, se sont graduellement civilisés pour satisfaire une clientèle ayant la fausse impression d’être davantage en sécurité à leur volant.

La gente féminine est particulièrement friande de ces véhicules et pourtant elles connaissent mieux que les hommes l’effet du centre de gravité sur la stabilité. Toutes vous répondront en effet qu’elles préfèrent troquer leurs chaussures à talons hauts pour des espadrilles lorsqu’elles désirent avoir pleinement le contrôle de leurs mouvements. Et bien la même physique s’applique à l’automobile et au moment d’éviter un obstacle ou de freiner, plus le centre de gravité d’un véhicule est élevé, plus les risques de perte de contrôle le sont. À noter que le poids est aussi un facteur clé dans l’équation et les VUS sont toujours plus lourds qu’une voiture de format équivalent.

Peut-être que dans le cas de certains impacts bien précis, un VUS peut protéger davantage mais il faut garder en tête que ce même impact aurait possiblement pu être évité à bord d’un véhicule ayant plus de maniabilité. Si j’ai le choix, je préfère éviter un accident que d’y être impliqué, même à bord d’un véhicule suffisamment imposant pour limiter mes blessures. L’autre véhicule n’aura peut-être pas cette chance non plus. On remarque en fait que le phénomène a fait boule de neige : on achète un véhicule plus gros et plus haut car on se sent vulnérable dans cette jungle de gros véhicules à laquelle on contribue du coup.

D’ici à ce que le gouvernement se concentre sur ce problème plutôt que sur divers moyens de mieux vider les poches des automobilistes, espérons que plus de manufacturiers prendront exemple sur Mitsubishi. S’il se vend moins de VUS, il se vendra simplement plus de voitures et les routes ne seront que plus sécuritaires pour tout le monde.

Daniel Charette

 





FEINDRE D’AVOIR COMPRIS

9 03 2011

Il y a 10 ans, les VUS avaient la cote. Donnant une fausse allure aventurière et téméraire aux citadins cherchant à projeter une image de ce qu’ils ne sont pas, on en voyait partout. À en croire le discours populaire dicté par la mode environnementale, la majorité des gens les détestent profondément aujourd’hui. Et pourtant…

Les chiffres ne mentent pas. Voyez par vous-même : les ventes de véhicules utilitaires sport incluant les mini-fourgonnettes et les camionnettes au Québec sont passées de 144 226 en 2006 à 183 947 en 2010. Pour la même période, les voitures ont connues une baisse de popularité voyant leur chiffre passé de 259 972 à 235 900. Les carrures disgracieuses et caricaturales ont beau avoir été remplacées par des formes arrondies dites sophistiquées ou épurées, il n’en reste pas moins que le multisegment d’aujourd’hui n’est rien de moins que le VUS d’hier.

SE RENSEIGNER AVANT DE JUGER

Lorsqu’à l’épicerie je me fais regarder de travers par la madame prétendument soucieuse de la planète avec ses sacs bios-mangeables-réutilisables (J’oublie toujours les miens!!!) et son maquillage à base de gras végétal qui ne fait pas mal aux animaux, je n’ai habituellement pas de remords très longtemps. En effet, lorsqu’une fois à l’extérieur elle grimpe à bord de son Ford Edge et me fait à nouveau une moue devant me rappeler que je suis un inconscient, je me demande si elle réalise que son «petit» multisegment affiche un poids semblable à celui d’un Hummer H3 alors que ma Porsche qui la fait grimacer de façon à révéler son âge véritable est moins puissante, plus aérodynamique, plus légère, plus sécuritaire et plus économique? Elle ignore sans doute tout cela mais je ne voudrais pas lui crever sa bulle qui lui laisse croire qu’elle est bien plus responsable que moi.

Question d’alimenter ses illusions, je démarre en laissant échapper une pluie de décibels de mon échappement sport. Ignorant tout de mes aptitudes à la conduite, elle soupire, s’engage sur la voie publique avec son gros Edge impotent sans regarder dans ses angles morts se dit sans doute que je suis un autre «jeune fou». On ne connaît malheureusement pas l’avis du cycliste coincé sous son véhicule…

Daniel Charette

 

 








%d blogueurs aiment cette page :